Archives par mois de publication: septembre 2013

Bienvenue en Médiocratie 3

Les Médiocre en vacances

 Un joli club de vacances (5 étoiles tout d'même) dans un joli village d'un joli pays au bord d'un océan joli aussi, bleu.

Papa et maman Médiocre descendent de taxi, bruyamment suivis par leur médiocre progéniture. La peau blanche linge d'hôpital, le quatuor arbore l'insupportable morgue du conquérant foulant sa terre nouvelle. Dans une heure ils seront au bord de la piscine déjà. Ne pas perdre un instant. Exposer le corps laiteux. Le saisir d'abord. Qu'il soit rouge vif. Le cuire à feu doux ensuite. Qu'il noircisse comme une banane trop mûre. Dans 10 jours, de retour à la vraie vie, leurs jolis amis admireront leur joli bronzage et l’un des Médiocre  renchérira : "ça part déjà là. Tu m'aurais vu : j'étais noir !" Parce que papa et maman Médiocre ne sont pas du genre à se pavaner avec un bronzage discrètement acheté dans un solarium de province. Ça c'est de la triche ça Môssieur. C'est pour les amateurs, les pauvres, les encore-plus-médiocres qui n'ont pas les moyens et qui se retrouvent avec un cœur blanc sur le haut des fesses. Là où la peau colle tellement au banc solaire qu'elle en empêche l'action des rayons. Le mélanome n'est jamais loin. Que le soleil soit vrai d'ailleurs ou faux d'ici. Mais j’ai déjà eu un cœur aux fesses aussi. Bienvenue en Médiocratie.

Pour réussir ses vacances, rentabiliser son investissement, la famille Médiocre conçoit rapidement un modus operandi : dès l'aube, l'un d'eux - il est décidé d'établir une tournante - ira à la piscine et recouvrira quatre transats - toujours les mêmes - d'épaisses serviettes de bain jaune délavé, estampillées au nom du joli club du joli village.

Et une fois qu'on a découvert THE emplacement, on marque son territoire, on place ses bornes - une paire de sandales par exemple -, on érige son étendard - un paréo jeté négligemment sur la baleine de l'un des deux parasols confisqués dès potron minet -, on met des gardes aux frontières - le dernier Guillaume Musso.

Bien souvent, les serviettes suffisent pourtant et à 7h, plus aucun transat n'est nu. Un tapis jaune délavé (redisons-le) cerne le bleu turquoise de la piscine. L'eau bruisse à peine. Le village dort encore. Les éclaireurs porteurs de serviettes de bain sont allés se recoucher. Dormez tranquilles bonnes gens, tout est prêt pour passer d'une couche à l'autre, du lit blanc au transat devenu jaune. Bientôt la peau suivra le même chemin. Plus elle jaunit plus elle vieillit. Mais j’ai la peau jaunie aussi. Bienvenue en Médiocratie.

Vers 11h, vous choisissez d'épuiser votre corps dans la jolie salle de sport du joli club du joli village. Alors que vous poussez des cris de bête aux abois en soulevant des poids, d'autres conquérants - ils se repèrent donc à la morgue, vous l'aviez compris, à la foulée qui dit "c'est à moi" et à la peau non encore tatouée par le cagnard - visitent le lieu. Sans un regard ni un sourire ni un bonjour, ils inspectent cet endroit où ils viendront une fois - 13 minutes -, essayant chaque machine à construire du muscle, posant leur fessier sur chaque vélo, pédalant ... un peu. La conscience est bonne. "J'ai fait du sport". L'investissement est rentable. "J'ai utilisé les infrastructures. Surtout, je pourrai dire que le joli club du joli village était joliment équipé. Y avait même une jolie salle de sports !" Tout à l'heure, leurs rejetons s'étant faits de nouveaux amis au bord de la piscine, débarqueront en troupeau dans cette salle où vous serez encore. Un troupeau médiocre qui ne dira pas plus bonjour mais qui prouvera son existence par les cris - je devrais dire les hurlements -, les galopades et les jets de gobelets d'eau. Ne pas en vouloir aux rejetons car rejetons ils sont. Mais se questionner sur leurs médiocres géniteurs. Ils vivent dans le déni de l'autre. C'est le propre du médiocre de nier les autres médiocres. L'autre n'existe pas. Il le nie. Mais je le nie parfois aussi. Bienvenue en Médiocratie.

Midi plein. Re-bord de la piscine. C'est pas que l'eau bruisse c'est qu'il y a tempête. Certes le règlement interdit de sauter dans l'eau mais sautent les médiocres rejetons jamais recadrés par papa et maman Médiocre. Certes le règlement interdit de jouer au ballon mais volent les ballons des rejetons. Les ballons volent. Papa et maman Médiocre batifolent. Le thermomètre s'affole. 38 degrés Celsius. Et cet enfant d'à peine un an de déambuler seul, sans casquette - SANS CASQUETTE ! - tout au bord de la piscine faite tempête.

Sur sa tête le soleil brille. Mais sur la mienne il brille aussi. Bienvenue en Médiocratie.

18h. Les Médiocre quittent piscines et plages (le cirque y est identique : arriver tôt et baliser son territoire pour pouvoir en jouir plus tard) et déferlent dans les grandes surfaces. Les regards sont torves ou bovins, les corps mous. Les pieds décollent à peine du sol, pendant au bout de longues molles guiboles, épuisées par trop de stress (défendre son territoire, ça use) et écrasant d'horribles slaches qui glissent sur les sols. Les ex-baigneurs s'adonnent au ski de fond. Plus d'énergie pour soulever les pieds. Remplir les caddies de calories. Vider les caddies. Remplir les coffres. Vider les coffres. Remplir les frigos. Vider les frigos. Remplir les ventres. Les ventres sont remplis. Mais mon ventre est rempli aussi. Bienvenue en Médiocratie.

3h du matin. La nuit enveloppe le joli club du joli village. Autour de la piscine, tiens, pas une seule serviette de bain. Mais papa et maman Médiocre se sont faits de nouveaux amis : les géniteurs des nouveaux amis de leurs médiocres rejetons. La nouvelle meute (deux coqs, deux poules et une ribambelle pas belle) se répand dans les allées. Maman Médiocre tient conférence. Toute heureuse d'avoir de nouveaux amis, des rejetons criards, un mari avec une jolie chemise à carreaux et un joli ventre en poupe, toute heureuse surtout de n'être plus blanche et boulotte mais seulement boulotte, maman Médiocre dis-je, tient conférence. La voix est sonnante. Les deux coqs rient. La voix est sonnante. L'autre poule se tortille. La voix est sonnante. La ribambelle crie. La voix est sonnante. Votre nuit est finie. Mais ma voix parfois sonne aussi. Bienvenue en Médiocratie.

7h15. Il est temps que je termine ce billet. J'ai encore quatre transats et deux parasols à confisquer. Pas se louper le dernier jour ! Les vacances aussi sont bientôt finies. Bienvenue en Médiocratie.

J’allais oublier : Bon Vol avec les Aigles les Amis 😉

Fabian

Bienvenue en Médiocratie 2

Le roi au balcon

21 juillet 2013. Dans un pays imaginaire, si petit que les visées sont étroites et les esprits souvent rétrécis comme des pulls en laine vierge oubliés dans une machine à laver à 90 degrés, vit un vieux roi avec sa vieille reine. Il est las le roi. Las d'être le souverain d'une équipe de foot - ben oui, à part l'équipe de foot, il reste quoi ? J'ai loupé un épisode ? -, las de n'avoir rien à dire mais d'être forcé de le dire quand même. Et comme il a un beau bateau dans un autre pays, il décide de laisser la direction de l'équipe de foot à son jeune fiston de 58 ans. Ou 57 ? Je n'sais plus.

L'autre, tout excité, met son costume de d'Artagnan. Oups pardon : d'Artagnan, c'était le mien de costume quand j'avais 6 ans. Acheté par mes parents aux Galeries Lafayette. Celui du royal fiston est bleu gris comme la mer du nord. Un signe ? Un ruban violet type Miss Brabant wallon lui barre le torse et le dos dans la diagonale. A ses côtés, sa Tour de Pise d'épouse surveille la royale marmaille. Les médias nous ont déjà prévenus : la petite Elisabeth sera une grande reine. Elle a 11 ans.

21 juillet 2013 donc dans ce pays imaginaire. Le fiston est au balcon avec sa blonde et ses chérubins dont la future reine formidable puisque les médias savent de quoi ils parlent. Pas cons les médias. Philippe ou Philip ou Filip s'avance. Il est au balcon j'ai dit. Au balcon du palais imaginaire. Devant la foule des anonymes. Car les pas cons de médias le disent : il y a les célébrités, les people. Et au pays imaginaire, les people ont un nom. Tous les autres sont des anonymes. Des gentils. Des pas méchants. Des grâce à qui d'ailleurs les célébrités sont célèbres et peuvent avoir un nom et sourire au premier rang et dire qu'elles aiment la simplicité. Même qu'un jour, une célébrité de chanteuse d'un autre pays imaginaire voisin – Shy’m qu'elle s'appelle - a parlé de sa vie d'avant la célébrité. "Quand j'étais normale" elle a dit. Car quand tu es célèbre, tu n'es pas normal. Par exemple, ton nez ne produit pas de crottes. Ton PC ne se plante pas et où que tu ailles, la connexion Wifi est excellente. Tes nectarines sont toujours mûres mais jamais trop. Il y a une paire de ciseaux disponible quand tu en as besoin. Tu ne rencontres que des gens qui ont un nom. Et tu as un nom grâce à tous les gens qui n'en ont pas. Les normaux justement.

Revenons à Fil qui n’en croit encore ni ses yeux ni ses oreilles. Il en est tout hébété (dans hébété il y a hé) Phil : « tout ça rien que pour moi ! ». J’étais comme lui quand je suis « devenu d’Artagnan ». Je le comprends. Et le vieux roi, son papounet, de rejoindre sa bru et la chair de sa chair, histoire de leur montrer comment on doit saluer les anonymes. Fastoche : suffit d’imiter Mickey et Minnie à Disneyland.

Plus tard dans la soirée, Philou est encore au balcon, dans un autre costume tout neuf et sans ressembler à Miss Brabant wallon. Car c’est à nous qu’il ressemble maintenant. Il progresse vite King Fil, waouh ! Mathilde – qui est revenue –  est habillée en bariolé genre test de Rorschach, et palpe d’abord le royal pectoral (le droit), tentant encore de bécoter la boubouche de Belgique. Faut croire qu’il lui manque de l’entraînement. Plus tôt dans la journée, au balcon précédent – c’est qu’ils aiment les perchoirs les loulous - elle avait carrément embrassé … l’air… alors que boubouche de Belgique avait visé les lèvres et échoué sur … la joue ! Caramba. Encore raté ! Ici, Mathilde fond sur la nuque. L’autre du bras droit la serre (à défaut de se toucher de la bouche, faut bien montrer à ses sujets qu’on s’aime ; un couple royal ça s’aime et ça a beaucoup d’enfants), comme s’il réglait « son conte », et de la main gauche s'empare d'un micro. J’ai dit « gauche » ?

"Ensemble, dit-il, ensemble..." Et là Fil ou Phil se tait. En fin communicateur, en habile stratège dompteur de foules anonymes - nous -, royal fiston Fil laisse un silence. Ce silence dont on sait que placé avant un argument, il en décuple l'impact. Phil se tait donc.

Les anonymes sont suspendus aux lèvres du balcon. Les nuages mêmes ont arrêté leur course. Un temps. Plus tard on apprendra que Barak Obama himself a stoppé net toutes ses activités (un match de basket contre les vétérans du débarquement d'où il semblait pourtant pouvoir émerger avec un nul) pour attendre, devant son téléviseur, LE moment de vérité. Le pape Benoît XVI, ah non pardon c'est l'autre, y en a un autre oh bon sang, ah oui François j'y suis, « vas-y Franckie c'est bon » (c'est mon moyen mnémotechnique), le pape attend lui aussi le onzième commandement.

Il y a eu MLK et "I have a dream", il y a eu De Gaule et "Je vous ai compris", Kennedy et "Ich bin ein Berliner". Il y a eu Sarkozy et "Casse-toi alors pauv' con", Philippe Bouvard et "De madame Bellepaire de Miche", il va y avoir un autre Philippe ou Philip ou Filip avec "Ensemble, ensemble..." Ensemble QUOI ? Rapsat par exemple, aurait enchaîné : « même si on est différent… »

QUE VA-T-IL dire ? Nous sommes les sujets je l’ai déjà dit. La journaliste l’a dit. IL ne peut être que LE Verbe ! L'air s'est raréfié devant le palais imaginaire. Fil va nous dire un truc énorme. Qu'il va inverser la courbe du chômage (non, ça son voisin hollandais l'a dit déjà), qu'il va résoudre le conflit à l'orient (le proche, le moyen ou le lointain allez savoir), se déplacer en calèche pour protéger la planète. NOOON ! J'ai compris ! Il va pacifier le pays imaginaire. Trop fort Fil. J'en pleure. Obama n'y croit pas. François est baba. Sarko pataud. Aucun ne pourra jamais rivaliser avec toi dans l'Histoire Fil. Aucun d'eux. C'est ça que tu vas nous dire hein ? Ou que plus jamais les roux ne seront la risée du monde ? C’est bon aussi ça les roux !

Phil s'est emparé du micro. Il nous darde un regard. Je manque d'exploser.

Quand soudain : "Ensemble, ensemble... Nous avons vécu une très très belle journée."

Et la foule des anonymes à tout rompre d’applaudir, béate et ravie. Mais il m’arrive parfois d’être béat aussi. Bienvenue en Médiocratie.

Bon Vol avec les Aigles les Amis,

Anonyme