Archives par mois de publication: novembre 2014

Comment Vous Allez Abattre Une Montagne… Avec Le Petit Doigt !

L’expérience est saisissante ! Stephen Morris pose un domino de 5 mm. D’une pichenette, il le laisse tomber sur un domino une fois et demi plus grand, qui tombe sur un domino une fois et demi plus grand… 13 fois ! Le dernier domino pèse 45 kilo. Et Morris précise : « s’il y avait 29 dominos, le dernier serait… l’Empire State Building ! »

Imaginez que vous vouliez ardemment créer votre entreprise. Le chemin – surtout en Belgique, qui n’est définitivement pas une terre d’entrepreneurs ! – est escarpé et la jungle administrative inextricable. Pour dénicher les meilleurs sentiers, les aides publiques aussi ( !), vous devez d’abord dénicher un Sherpa qui vous guidera. Armez-vous de patience, d’opiniâtreté, armez-vous tout court !

Et demandez-vous quel domino de 5 mm vous pouvez faire tomber. Un appel à un ami qui déjà a franchi ces obstacles ? Une recherche sur Google ? Un mail à La Maison de l’Entreprise ou à une Chambre de Commerce ?

Empire State Building

L'Empire State Building à NY :
102 étages, 8094 m2 de superficie, 381 m de haut... et 365 000 tonnes !

La réaction en chaîne peut se déclencher aussi simplement… L’effort est minime. La dose de courage requise, ridicule. Le risque sous zéro.

Mais dans 6 mois, un an peut-être, vous aurez abattu une montagne. D’une pichenette. Du tout petit bout du tout petit doigt. Vous serez entrepreneur. Ou vous aurez trouvé la maison de votre vie et l’homme ou la femme dedans 😉 Ou vous aurez effectué le pèlerinage de Compostelle ! Ou… ou… ou. A vous de noircir les pages. De les écrire. De les Vivre. Pleinement. Intensément. Passionnément. Quoi d’autre ?

« La vie est une aventure audacieuse ou alors elle n’est rien », a dit Helen Keller. Helen Keller était sourde, muette et aveugle. Elle a pourtant obtenu un diplôme universitaire et écrit 12 livres. Elle a abattu des montagnes.

Hellen Keller
Hellen Keller

Parfois, tout se joue sur 5 mm.

Parfois 2.

2 mm…

 

2 mm pour être l’Acteur de Votre Vie plutôt que le spectateur de la vie des autres.

2 mm pour Voler avec les Aigles.

 

Bon Vol avec Eux et à vite,

Fabian

 

La Stratégie La Plus Efficace Pour… Echouer !

Rudi (je change tous les prénoms évidemment) est chef d’entreprise. De mauvais choix en périlleuses décisions, Rudi glisse inexorablement vers la faillite. Autour de lui, sommes-nous passifs ? Non. Mais il ne nous entend pas. Sa boutique ne tourne pas. Un sous-traitant lui doit de l’argent. Beaucoup. Rudi préserve ladite boutique et sa pseudo-relation avec ledit sous-traitant. Ne pas insister surtout. Rudi est "sûr" que si la boutique ne tourne pas, le vent, lui, tournera. Que le sous-traitant les sous, traitera… Rudi fait plus de la même chose.

Que dire d’Yvan ? Yvan, revu après 5 ans, n’est pas plus heureux que… 5 ans plus tôt. « Que t’arrive-t-il ? », dis-je. » « Oh tu sais bien Fabian, toujours la même chose. Avec Laurent, ça ne s’arrange pas. Au boulot aussi c’est toujours la même chose. Et il faudrait bien que je perde du poids, que je me remette au sport. » Yvan fait plus de la (toujours) même chose.

« Que je me remette au sport. »

L’une des phrases que j’ai le plus entendue. Une phrase-alibi. Une phrase-refuge ou palissade. Une phrase-bonne conscience car disant implicitement que c’est pour bientôt peut-être mais que ce n’est pas de ma faute, que le monde est méchant, que la vie me boxe (sans blague), que les journées sont courtes (diantre), que je suis vraiment trèèèès occupé (sous-entendu : MOI), mais qu’il est proche le jour – z’allez voir c’que vous allez voir ! – où tout rentrera dans l’ordre.

Quoi ?

Le monde ne sera plus méchant ?

La vie rangera les gants ?

La Terre mettra plus de 24 heures pour faire un tour sur elle-même et allongera nos journées ?

Tu ne seras plus que trèès occupé, entouré d’oisifs comme bibi ? (Peut-être que j’aimerais ça !)

Or donc, il y a un ordre puisque tout doit entrer dedans ?

Comment mieux réussir aujourd’hui qu’hier ?

Fi des excuses toujours mauvaises. Résolument, la stratégie la plus efficace pour échouer, c’est bien de faire toujours plus de la même chose, d’effectuer le même tir sans jamais le corriger alors que tous les impacts sont à côté de la cible. Comme pour prouver que vous aviez raison, qu’il suffisait d’être patient. Un joueur qui perd et rejoue pour se refaire et reperd et rejoue pour se refaire et reperd…

Einstein considérait que « faire plus de la même chose en espérant un résultat différent », était de la folie, de la démence pure.

Albert Einstein
Langue au chat pour sacré cliché !

Évitez la démence et posez-vous, chaque matin, une question : comment mieux réussir aujourd’hui qu’hier ? (Entendez : « comment mieux réussir ma journée d’aujourd’hui. ») Demandez-vous régulièrement, comme Mark Zuckerberg, si ce que vous êtes en train de faire est bien la meilleure chose à faire MAINTENANT. Retenez la leçon de Jim Collins, l’auteur du lumineux « Good to Great »  : le bien est l’ennemi de l’excellence.

Good To Great
Good To Great

Les entreprises qui réussissent et durent ont compris ça. C’est dans leurs gènes, chacune de leurs fibres. Leur ADN.

Les individus qui s’accomplissent, au sens où Abraham Maslow l’entendait, lui qui considérait que seulement 2% de la population parviendrait à la réalisation de soi, jouerait donc, si vous m’autorisez la métaphore, « sa petite musique intérieure ». Ces individus, dis-je, l’ont compris aussi.

Pyramide des besoins de Maslow

Ils challengent leurs propres convictions. Ils écoutent. Pas n’importe qui. Pas les bœufs, pas les ruminants. Pas les non-pensants. Ils écoutent les respectueux, les élégants, les bienveillants, les experts. Ils font le tri. Et quand une stratégie dysfonctionne… ils en changent !

 Test – Opération – Test

En marketing, le mot magique est « TEST ». Tout tester : une pub contre une autre, une page de site contre une autre. Une offre contre une autre.

A votre tour les Amis !

Réfléchissez aux facettes importantes de votre vie. Sur une échelle de 0 à 10, dans quelle mesure cette facette vous satisfait-elle ? Attention au biais de validité : vous pourriez être tenté de trouver que tout est fantastique. Quels paramètres devez-vous changer pour plus d’excellence, plus de performance, plus de jouissance ?

Que pouvez-vous tester DES MAINTENANT ?

Vous n’êtes pas content de votre poids ? Changez d’habitudes alimentaires. Testez.

Vous n’êtes pas satisfait de votre forme physique ? Changez votre façon de bouger. Testez.

Vous n’avez pas une sexualité épanouie ? Changez votre façon de faire l’amour (y a d’excellents bouquins là-dessus ;-)) ou changez de parten… enfin, vous jugerez… ou testerez !

Votre travail est pesant ? Changez-en. Ou demandez un changement. De rôle, de service, d’affectation.

Vous lisez un livre ennuyeux. Fermez-le.

Vos amis vous oublient ? Relancez-les… ou oubliez-les.

Changez. Testez.

Testez un nouveau hobby. Un nouvel aménagement de votre intérieur. Un nouveau trajet.

C’est un modèle appris en PNL (Programmation Neurolinguistique) : TOT. Test – Opération – Test. Puissant modèle.

Plus simplement, que se passerait-il si chaque jour, dans un exercice donné, vous faisiez juste un peu mieux ? 0.1% de mieux que la veille ? Que se passerait-il au bout d’un an ? 365 jours ?

Si vous êtes à 100 et que vous vous améliorez tous les jours de 0.1%, vous aurez amélioré vos performances de… 44% ! Et même s’il est utopique d’envisager une progression constante, sans creux, même si toute évolution exige presque ses « involutions », c’est un Mark Twain inspiré qui a dit que « l’amélioration continue est mieux que la perfection remise à plus tard… » Dont acte.

Quand le troupeau paît en paix, l’Aigle se demande s’il est des ciels plus beaux, des vols plus haut, une vie plus grande.

Bon Vol avec lui et à très vite,

Fabian

Ps : avec mes amis Fred et Claude, j’anime le blog http://365missions.com/ Vous y trouverez une foultitude de conseils, d’astuces et de techniques, pour ne plus « procrastiner » (ne plus reporter au lendemain), pour atteindre vos objectifs, et donc aussi vous réaliser ! Au vif plaisir de vous y retrouver : il y est aussi question de Voler avec qui vous savez… 😉

Confiance en soi : 7 derniers conseils !

Le thème semble éculé et revient pourtant sans cesse comme un boomerang infatigable et ennuyeux. Avoir confiance en soi. Avoir confiance en soi. Avoir confiance en soi.

N’en a-t-on pourtant pas déjà fait le tour ? N’a-t-on pas tout dit déjà, tout dit ? Et tout écrit ?

Sûrement.

Conseil numéro 1 : PAS DE COMPARAISON !

Mais dans une société où la courbe de l’individualisme est inversement proportionnelle à celle du chômage, où la prolifération de l’obésité est carrément identique à celle de Photoshop qui nous laisse accroire que dans le vrai monde, les vraies personnes ont 22 ans, des courbes parfaites et des dents blanches même quand lesdites dents croquent le sucre et trempent dans le lait ou l’huile de palme, société où la misère sexuelle rivalise avec la pornographie répandue sur la toile, crachée comme du sperme au visage de l’internaute qui n’en peut plus de se demander pourquoi le monde entier est équipé d’un sexe Goliath quand lui cherche péniblement son David au fond d’un slip, et pourquoi le monde entier peut forniquer des heures durant dans toutes les positions toutes alors que lui peine à jouir, une société où la lumière fait de l’ombre à l’ombre, où le clinquant se clique mais ment au vivant… alors oui, le thème de la confiance en soi a de jolis jours devant lui et au-delà.

Se vendre pour un job. Et puis vendre son zob. Et n’être jamais dans la norme médiatique. S’y comparer pourtant. Désespérer. Se racrapoter. Car le décalage est peu supportable.

Avoir confiance en SOI n’est justement pas avoir confiance dans le faux monde, celui des mirages, des rêves vers nous jetés, grappillés par nous comme des grains par un poulet. Le grain ne sera plus. Le poulet restera… poulet.

Conseil numéro 2 : VOTRE DECISION

Avoir confiance en soi, c’est d’abord le choisir, le décider. Dire définitivement non à toute forme de « racrapotage ». Dire OUI à soi.

Tout commence toujours par une décision. Une direction. Un plan de bataille. Une mobilisation. Une action. Une évaluation. Une correction. Puis une autre action. Puis une autre évaluation. Et une autre correction. Un processus itératif en somme.

Tout s’abandonne toujours par une perte de focalisation. C’est bien la marque ultime de ceux qui performent : ils se focalisent… sur le long terme !

Réfléchissez à votre plus grand accomplissement. Vos études, la rénovation de votre maison, un exploit sportif. La focalisation fut sans aucun doute votre atout majeur. C’est Véronique qui se prépare pour le marathon de New York et s’entraîne 6 jours par semaine. Et fi de la pluie, du vent ou de la grêle. Fi de la migraine. Du trop de boulot. Des nuits qui tombent trop tôt. Chaque foulée la rapproche de son grand objectif. Chaque foulée compte. Chaque foulée est focalisée.

Décidez de devenir un « meilleur vous-même », un vous-même avec la ressource confiance en soi en plus. Écrivez cette décision. Dites-la au besoin. Partagez-la avec des personnes de confiance (tiens donc !). Choisissez un mantra, un slogan si vous préférez, et répétez-le à l’envi. Exemple : « je suis un Aigle ! » 😉

Conseil numéro 3 : MODELISATION

Si se comparer n’est pas une option, modéliser doit être votre standard ! Modéliser c’est observer les stratégies d’excellence, les décrypter, les décoder, les séquencer.

Qui, autour de vous, possède cette ressource ? Qui a la confiance en soi. Que se dit-il et dans quelles situations ? Que pense-t-il ? Comment se comporte-t-il ? Comment parle-t-il ? Comment écoute-t-il ? Comment marche-t-il ?

Faites comme si vous aviez confiance. C’est le meilleur moyen de l’obtenir. Le plus court chemin. Et choisissez des postures de puissance plutôt que de faiblesse. Redressez-vous comme un sportif qui gagne une compétition. Comportez-vous en gagnant.

Rappelez-vous des conclusions d’Amy Cuddy : en posture de faiblesse pendant 2 minutes, votre taux de cortisol (hormone du stress) augmente singulièrement. Votre taux de testostérone chute. En posture de puissance, l’inverse se produit ! Or, la testostérone est l’hormone de la dominance, associée à la confiance en soi, à l’assertivité, tandis que le cortisol est associé à l’incapacité d’adaptation aux situations stressantes !

Seulement 2 minutes pour oser plus, risquer plus, donner une autre image de soi aux autres, de soi à soi. « Fake it until you make it », dit Amy Cuddy. Elle enchaîne : « fake it until you become it ! »

Vous avez besoin d’un phare dans la nuit. Vous avez besoin d’être paresseux aussi : ne pas répondre aux questions auxquelles d’autres, comme Cuddy, ont répondu déjà. Suivez leurs traces, leur chemin.

Surtout : côtoyez-les !

Car tel est le conseil numéro 4.

Conseil numéro 4 : CAPILLARISATION

Côtoyez des rampants… vous deviendrez rampant. Côtoyez des victimes permanentes… vous serez victime.

Vous voulez améliorer votre jeu de tennis ? Jouez avec des joueurs meilleurs. Voler avec les Aigles, c’est ça.

Votre entourage dit qui vous êtes. Votre environnement. J’ai souvent cité Jim Rohn dans les pages de ce blog : « vous êtes la moyenne des 5 personnes que vous fréquentez le plus. » Votre salaire est aussi la moyenne des 5 salaires les plus proches de vous ! Et si vos amis ont un sale air… je connais le vôtre 😉

Jim Rohn - La confiance en soi en s'entourant des meilleurs
Jim Rohn

La capillarisation, c’est quand l’éponge ou le buvard absorbent le liquide. Quand le sucre trempé dans votre thé en prend la couleur.

Devenez un bon buvard : absorbez le bon breuvage.

Conseil numéro 5 : RESPIRATION

La respiration donne l’inspiration. La précède. La peur se respire par saccades. Elle est rapide. Trop. La surprise ne se respire pas.

La confiance en soi se respire calmement, posément, « par le ventre ». Elle a besoin d’un corps droit, de pieds posés à plat, de détente. Détendre les pieds et les jambes et les mains. Tout le corps. Le bon truc : crispez-vous d’abord. Crispez aussi fort que vous le pouvez. Et puis relâchez tout.

Grandissez-vous aussi. Imaginez que quelqu’un tire amicalement vos cheveux vers le ciel…

Le calme intérieur est une autre marque de la confiance en soi. Il se nourrit d’une respiration ample, tranquille. Quand le ventre se soulève comme un piston. Posez donc une main sur lui, une autre sur la poitrine. Elle ne bouge pas. Pas plus les épaules.

Tout est posé alors : votre respiration, votre regard, votre pas. « Gentlemen don’t run. »

Conseil numéro 6 : REPETITION

L’apprentissage, c’est avant tout la répétition des gestes justes. Souvenez-vous des scènes mythiques de Karaté Kid : « lustrer, frotter ! » Au théâtre, chaque répétition rapproche de l’excellence, éloigne des catastrophes !

Les chevaux de la police affrontent les manifestants et les supporters de Jupiler à force de désensibilisation. Car la peur également est désapprise par la répétition.

Karaté Kid - La confiance en soi par la répétition
Karaté Kid

Au karaté, pour qu'un geste soit automatique, il faut le répéter 10 000 fois.
Pour qu'il soit instinctif : 
100 000 fois !

 Tout est travail décidément.

Répétez. Répétez les comportements de la confiance, les gestes de la confiance. Les mots. Répétez à voix haute ou basse. Ou mentalement. Mais répétez et souvent. Le succès est au bout.

Conseil numéro 7 : ACTION

Vous terminez la lecture de cet article et vous vous dites que vous saviez tout ça. Et je savais que vous saviez.

Lire est confortable, qui donne l’impression d’avancer vers ses étoiles. C’est vrai… en partie…

Ce qui est moins confortable, c’est d’affronter ses démons, d’ouvrir sa porte, de risquer un pas. Et un deuxième.

Georges Bernanos - La confiance en soi dans l'action réfléchie
Georges Bernanos

« La pensée qui ne conduit pas à l’action ne vaut pas grand-chose.
L’action qui ne procède pas de la pensée ne vaut rien du tout.
 »

Les mots sont de Georges Bernanos. Un Aigle sûrement 😉

L’estime de soi est la somme de la confiance en soi et de l’amour inconditionnel de soi. La confiance en soi est liée aux capacités, au savoir-faire, à nos actes.

Alors éteignez votre ordinateur. Fermez tous vos livres. Mettez-vous debout… et agissez !

Bon Vol avec les Aigles les Amis et à très vite,

Fabian