Comment dire à quelqu’un qu’il pue le poney?

Sud Radio, la Minute du Coach.

 

Pablo :  Bonjour tout le monde, bienvenue sur Sud Radio, votre Minute du Coach, avec notre coach favori, Fabian. Il faut le dire !

Fabian :  Bonjour Pablo !

Alors aujourd’hui, une séquence fort intéressante.
Comment dire à quelqu’un qu’il pue le poney ?
On a tous déjà été confronté à cette situation. Faut-il le dire ou pas ?

Si vous ne le dites pas, vous êtes complètement passif et vous subissez la situation.
Il n’y a aucune raison pour subir quelqu’un qui sent mauvais. Maintenant je vous dirais, la dernière fois que j’étais confronté à ça, c’était dans un …

Dans une salle de sport, avec quelqu’un qui suait juste à côté, non ?

Non, dans un supermarché. C’était dans la file d’attente du supermarché.
Je n’ai bien sûr rien dit à cette personne puisque 2 minutes plus tard elle disparaissait complètement de ma vie.
Mais si la situation est amenée à se reproduire, il n’y a pas de raison que je la subisse.
Et là, il faut être très attentif. Bien sûr, on n’emploiera pas l’expression « tu pues le poney », c’est assez mal venu.
D’autant plus que dans l’expression “tu pues” ou “tu sens mauvais”, il y a le « tu », et on dit en communication que trop de « tu » tue le « tu ».
Quand vous dites « tu » à quelqu’un, vous atteignez son identité.
Par exemple: vous avez un enfant et l’enfant fait quelque chose de pas très bien.
Si vous lui dites « Quentin, tu es un méchant garçon. Arrête d’ennuyer ta sœur ! »
Là, vous atteignez son identité. Vous liez le « tu » au fait qu’il est méchant et c’est très dur. C’est un message assez radical.

Puissant !

Oui, mais malencontreusement puissant. Ce que je vous conseille, c’est plutôt de dire, « Quentin, quand tu agresses ta sœur comme cela, ce n’est pas toi. Ça, ce comportement-là, ce n’est pas toi. »

Ça ne te ressemble pas.

Revenons à cette personne qui sent mauvais.
Vous allez commencer par D : décrire les faits.
La méthode s’appelle DESC.
D : Décrire les faits.
Quentin, je vais garder ce Quentin.
« Quentin, j’ai remarqué, quand je suis dans une pièce avec toi, il y a des odeurs corporelles qui me dérangent. »
Et quand je dis « qui me dérangent », je passe à la lettre E.
E : j’Exprime mes sentiments.
« Qui me dérangent ». Donc, je n’ai pas dit « tu ».
« J’ai observé des odeurs corporelles qui me dérangent, peux-tu s’il te plaît trouver une solution ? »
S : de Solution.
Alors la solution, vous avez 3 solutions.
Soit vous demandez à l’autre de la trouver, soit vous la trouvez ensemble, soit vous la lui proposez.
Et C, vous terminez avec des Conséquences émotionnelles positives.
“Je serai, alors, vraiment ravi de continuer à travailler avec toi dans une atmosphère plus sereine. Je te remercie vraiment beaucoup de m’avoir écouté.”
Et vous pouvez même enchaîner en disant: “Ce n’était pas facile pour moi de te dire ça et j’espère que tu l’as bien pris parce que notre amitié est importante pour moi. Tu es quelqu’un que j’estime beaucoup.”
Quand je dis “tu es quelqu’un que j’estime beaucoup”, je fais clairement la distinction entre les faits, les odeurs corporelles et la personne.
Et c’est très important, chers amis, de toujours faire la différence entre les faits et la personne.
On attaque le ballon, jamais la jambe.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *