Faut-il laisser venir ou faut-il créer sa propre chance ?

 

Sud Radio, la Minute du Coach.

 

Pablo :  Bonjour Fabian !

Fabian :  Bonjour Pablo !

On va parler de la chance.
Alors, faut-il la laisser venir ou faut-il créer sa propre chance ?

J’avais un mentor, John de Sloovere au cas où certains de nos auditeurs le connaîtraient ou auraient eu le plaisir, le bonheur, l’honneur de le rencontrer, qui disait :
« La chance, c’est les crochets qui passent ».

Il faut les saisir !

Oui, voilà.
Si vous allez à la foire et que vous êtes sur votre cheval ou votre gadget qui tourne dans le manège et que vous devez attraper la floche…
Vous vous souvenez de cette floche ? Et bien la floche, on ne l’attrape que si on tente de l’attraper.
Mais si on est tétanisé sur le manège et qu’on regarde la pointe de ses souliers, on ne peut pas attraper la floche.
Donc on ne peut pas se saisir de la chance.
C’est quoi finalement avoir de la chance ?
Un jour, une de mes amies à qui j’avais expliqué que je partais en voyage dans un pays plutôt intéressant, plutôt sexy, me dit : ”Tu en as de la chance”.
Je lui dis : “Oui, Dominique, j’en ai de la chance. Je me suis réveillé ce matin et les billets d’avion étaient sur mon lit”.
Evidemment, la chance n’avait rien à voir là-dedans. La chance, c’est un mélange d’opportunité et de préparation.
Si je suis préparé sur le terrain de foot à saisir l’opportunité, à savoir la balle qui arrive, et que je n’ai plus qu’à mettre le pied pour qu’elle rentre dans le but, ce n’est pas de la chance.
Je me suis entraîné pendant des centaines, des milliers d’heures pour pouvoir, à ce moment-là, être à cet endroit-là du terrain et d’un seul coup de pied, mettre la balle au fond du but.
Ce n’est pas de la chance, c’est de la préparation.
Mais c’est vrai que je dois bénéficier de l’opportunité. Donc soyez toujours prêt à saisir les opportunités.
Dans une précédente capsule, une précédente Minute du Coach, je parlais avec toi du côté visionnaire. Soyez visionnaire, disais-je. Voyez loin !
Ce que vous devez bien comprendre, on peut relier le deux thématiques, c’est que “Vous deviendrez ce que vous vous verrez devenir”.
C’est ça voir loin.
Quand vous savez où vous voulez aller, alors bizarrement les planètes s’alignent, et la chance, vous pouvez vous en saisir.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *