Comment ne plus râler ?

 

Sud Radio, la Minute du Coach

 

Pablo:  J’espère que vous prenez du plaisir à voler avec Fabian Delahaut et les aigles tout au long de ces séquences, la Minute du Coach sur Sud Radio.
Coup de gueule ou envie de râler ?

Fabian:  Moi, je n’ai pas envie de râler mais envie de vous proposer des pistes si vous avez cette envie de râler. Et je vous raconte une histoire.

Ça fait du bien de râler de temps en temps, non ?

Oui, je m’attendais à celle-là !
Et ça c’est un biais de validation, mon cher Pablo. C’est un biais de validation comme quand quelqu’un me dit : « oui, j’ai pris une sucrerie, le sucre ce n’est pas bien, c’est très addictif mais…

J’en avais besoin !

Voilà, : “J’en avais besoin et après tout ce que j’ai travaillé, j’estime que j’ai bien mérité une petite friandise.“
Et on va valider comme ça des tas de choses qui en réalité ne le méritent absolument pas.
“J’ai grillé une cigarette, ce n’est pas bien, ça noircit mes poumons mais je suis désolé, ça fait une semaine que je fais toutes les nuits. Je suis épuisé. Je trouve que j’ai bien mérité une petite récompense, mais quand même, c’est pas pour une cigarette.”
On va arrêter tout de suite, ce sont des mauvaises excuses qui ont l’air d’être bonnes mais elles sont mauvaises.
Est-ce que c’est bon de râler ou pas ? Je n’en suis pas convaincu.
L’histoire que je voulais vous raconter.
Il y a quelques années je jouais encore au tennis à cette époque et mon prof n’étant pas disponible, on m’en avait donné un autre.
Et moi j’étais plutôt un volcan sur un cours de tennis.
Plutôt volcanique et chaque fois que je loupais une balle je tempêtais, j’éructais.
Et systématiquement, il prenait une autre balle, il la levait et il me disait : “c’est la prochaine qui m’intéresse.”
Et puis on jouait, je mettais une balle dans le filet ou en dehors des lignes, je m’énervais et il me disait : “c’est la prochaine qui m’intéresse.”
Il m’en a fallu quelques unes pour comprendre que toute l’énergie que je dispersais dans mes colères...
En râlant.

En râlant, je ne la concentrais pas sur le prochain coup.

Sur la suite.

Exactement je perdais ma force, mon énergie, mon enthousiasme. Je ne la canalisais pas et c’était une grave erreur.
Alors je vous conseille ceci :
Concentrez-vous sur ce qui vient et demandez-vous, posez-vous quelques questions…
Par exemple, demandez-vous, est-ce que cette balle que je viens de mettre dans le filet mérite vraiment que je me mette dans cet état ?
Evidemment quand vous pensez comme ça, ça tue tout de suite l’énervement.
Ou alors une autre question : “
Dans 1 an quand je repenserai à ce moment, dans quel état serai-je ?“
Et bien le plus souvent, dans 1 an, vous aurez complètement oublié ce qui s’est passé.
Et si vous pouvez l’oublier dans 1 an, et bien oubliez le tout de suite.

Merci pour ces précieux conseils Fabian.

Avec plaisir !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *