Le choix des mots

 

Sud Radio, la Minute du Coach.

 

Pablo :  Bonjour Fabian Delahaut.

Fabian :  Bonjour Pablo, bonjour à tous.

Bienvenue sur Sud Radio, dans le cadre de la Minute du Coach.
On rappelle que Fabian est notamment FormACTEUR. C’est quoi FormACTEUR ?

FormACTEUR, comme je suis acteur, chanteur et formateur et que j’aime mettre les gens en action pour leur faire jouer des situations qui reproduisent ce qu’ils vivent sur le terrain, dans leurs travails, dans leurs vies privées, je préfère dire que je suis FormACTEUR, plutôt que formateur, puisque cette dénomination me donne la clé de la façon dont je vais travailler avec les gens.
Le choix de ce mot me donne une indication de la façon de me comporter avec eux.
Je te propose, Pablo, précisément, aujourd’hui, de parler des mots puisque tu as ouvert le bal sur ce sujet. Qu’est-ce que tu en penses?

Oui, qu’est-ce qu’on peut dire sur les mots ?

Ce qu’on peut dire sur les mots, déjà, c’est s’accrocher aux ailes d’un aigle parfait, Albert Camus, qui a eu cette phrase lumineuse :
“Mal nommer les choses, c’est ajouter aux désordres du monde”.
Alors je vais te donner quelques exemples.
Par exemple, quand je donne cours à l’université, je suis un professeur face à des étudiants.
Ces 2 mots indiquent immédiatement un certain type de rapport entre mes étudiants et moi. Un rapport plutôt hiérarchique.
Quand j’anime une FormACTION, parce qu’à la Eagle Academy il n’y a que des FormACTIONS - le mot, là encore, est choisi pour que les participants se mettent en action - je suis le formateur face à des participants, précisément, et nous sommes au même niveau.
Un autre exemple qui va certainement te parler et parler à nos auditeurs : quand tu vas chez le médecin, il te considère comme son … ?

Patient. Ou client.

Non, il ne dira jamais “client”.
Si tu dis à un médecin qu’il a des clients, il risque de ne pas être très content.

Mais c’est le cas.

Est-ce qu’il t’est déjà arrivé de patienter dans une salle d’attente ?

Toujours.

Voilà, donc tu comprends, le fait d’utiliser le mot “patient” me donne déjà cette indication.
J’ai un dernier exemple, qui j’espère va inspirer les auditeurs, le mot “travail”.
Le mot “travail” vient du latin “tripalium” qui est un instrument de torture.
Mais un comédien, quand il va au théâtre le soir, est-ce qu’il dit, Pablo, qu’il va travailler ?

Il va jouer.

Un chanteur, est-ce qu'il dit : “Je vais à Bercy, je vais travailler” ?

Il va chanter.

Si nos auditeurs changent les mots, le fait de changer les mots leur permettra de changer de pensée.
En changeant de pensée, ils pourront changer leurs sentiments.
En changeant leurs sentiments, ils pourront changer leurs actions.
En changeant leurs actions, ils changeront leurs résultats.
Commencez par changer les mots.
Ne dites plus jamais je vais travailler, dites “Je vais jouer”
Par exemple, il y un autre mot que je n'aime pas tellement.
Je préfère lui substituer un autre beaucoup plus chouette.
Nous avons tous tendance, nous adultes, à mettre beaucoup “d'enjeux” et de moins en
moins “de jeu”.
Amis de Sud Radio, mettez du jeu dans votre vie.
Soyez léger.
A bientôt.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *