Comment trouver un job

 

Sud Radio, la Minute du Coach.

 

Pablo :  Voici une séquence qui risque d'intéresser tous les nombreux demandeurs d'emploi.
Bonjour Fabian.

Fabian :  Salut Pablo.

Comment trouver un job ?

J’adore ton introduction parce que justement, j'avais envie de démarrer avec ça.
Tu dis “ça va intéresser, ça risque d'intéresser les demandeurs d'emploi”.
Ici même à ce micro, j'ai déjà cité Camus, Albert Camus et cette phrase absolument superbe, lumineuse, définitive :
“Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde”.
Alors, nommons-les bien.
Si vous êtes demandeur d'emploi, renommons et transformez-vous en “offreur de services” par exemple.
Rappelez-vous, un médecin, il a des patients.
Un jour, j'ai dit à un ami médecin “tes clients”.
Je parlais de ses clients. Il a érupté, il n’était vraiment pas heureux...
Je lui ai présenté mes excuses. Je lui ai dit : “Tu sais, la dernière fois que je suis allé chez toi, j'ai attendu une heure dans ta salle d'attente, j'ai patienté, parce que je suis patient, sûrement.”
C'est vrai que les mots induisent les comportements et les relations entre les êtres.
En règle générale, je suis un formateur face à des participants et parfois je fais à peu près le même métier : je suis un professeur dans un cadre universitaire face à des étudiants.
On entend tout de suite que le changement de mot indique un changement dans la nature de la relation.
Donc, premier point, je ne suis plus demandeur d'emploi, je deviens un offreur de services.
Et puis il y a quelque chose qu'il faut absolument intégrer, c'est ce qu'on fait en entreprise.
Une entreprise, pour qu'elle dure, pour qu'elle puisse gagner des parts de marché, réaliser des ventes, elle doit à tout prix se différencier. Être différente des autres.
Pourquoi écoute-t-on Sud Radio ?
Parce que Sud Radio propose une programmation qui lui est propre, qui est différente des autres radios que je ne citerai évidemment pas à ce micro.
C'est la raison pour laquelle, d'ailleurs, il y a un grand nombre d'auditeurs fidèles.
Il y a deux types de différenciation.
Il y en a plein ... Mais il y a 2 types que je veux aborder absolument aujourd'hui.
La différenciation “a priori” et la différenciation “a posteriori”.
A priori.
J'ai une passion, mais tu le sais, pour “Notre Dame de Paris”, qui est une comédie musicale que j'ai vue 6 fois et le livre je l’ai dévoré.
Et bien, a priori, Esmeralda a très peur de Quasimodo.
Parce qu'effectivement il pousse des grognements sourds, il est laid, il a force monstrueuse. Quand elle apprend à le découvrir, elle voit la belle âme qui sommeille dans en ce corps détruit et elle commence à l'apprécier. Ils deviennent très amis.

Il l’apprivoise.

Il l’apprivoise, c'est vrai.
Donc, a posteriori, elle peut dire : “Waouh, Quasimodo gagne à être connu.”
Donc, première chose à savoir, quand je me profile en tant qu’offreur de services, est-ce que je peux donner envie à l'autre de venir vers moi ?
Vous savez, parfois on dit : “Ah, cette personne gagne à être connue”.
Quand on dit de quelqu'un qu’il gagne à être connu, il y a bel et bien une différenciation a priori.

Il dénote.

Oui, il dénote. Certainement il est avenant, il a un visage ouvert, il sourit, ce qui est quand même la manière la plus simple de créer le sourire chez l'autre.
Et puis, ce n'est pas parce que j'ai eu envie d'entrer en contact avec toi que, après, ce contact, j'aurais envie de le renouveler.
Je leur renouvellerai si et seulement si l'échange a été intéressant, fructueux, riche de part et d'autre.
Donc, différencions “a priori” et “a posteriori”.
Et, a priori, pour vous différencier, ce n'est pas très compliqué.
Moi, il m'est déjà arrivé, dans le cadre de mon job, de scanner de nombreux CV et là, Pablo, c’est une catastrophe.
Tous ces CV sont les mêmes. Tout le monde a le sens des responsabilités. Tout le monde est motivé. Tout le monde a de la créativité. On se dit : “Ils sortent tous du même moule”.
C’est pas intéressant, c'est pas intéressant pour l'employeur.
Donc déjà, dès le départ, dès la lettre d'embauche, souvent avec des fautes d'orthographe, je vais pas faire une généralisation, mais ...

Vive les participes passés ...

Effectivement. Des CV mal torchés … Non, il faut se différencier à tous les niveaux pour sortir du lot.
Sortez du lot, mais pas au prix du scandale.
Evidemment, si vous allez à votre entretien d'embauche en string, vous sortez du lot, mais je ne garantis pas, sauf si vous postulez dans un cabaret, je ne garantis pas que vous aurez le job.
Quoi qu'il en soit, ça veut dire aussi :
“Devenir, dans son domaine, quelqu'un de complètement unique”.
Je vous donne une anecdote, chers auditeurs.
Il y a de nombreuses années, j'étais dans un café, à Paris et il y avait un barman extraordinaire. Un grand, mince, qui jonglait avec les verres … Un peu Tom Cruise dans “Cocktail”.
Et bien ce barman, foi de Tonton Fabian, jamais il ne sera sans emploi. Jamais !
Et non seulement il ne sera jamais sans emploi, mais il pourra en plus se faire payer beaucoup plus cher que tous les autres parce qu'il crée le show.
Qui dit “je crée le show” dit “j'attire du public dans le bar”.
On sera donc prêt à payer beaucoup plus cher que n'importe quel autre barman pour bénéficier de ses services.
C'est cela que je veux expliquer aux auditeurs aujourd'hui : arrêtez de rester dans le ventre mou du marché et de ressembler à tout le monde, cultivez une différence, cultivez une expertise, devenez extrêmement compétent sur un point en particulier.
Rendez-vous différent a priori.
Offrez une valeur énorme à votre employeur pour une différenciation a posteriori.
Non seulement vous aurez un job mais en plus vous serez très bien rémunéré.
Bon vol avec les Aigles !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *