Développement Personnel

 

Sud Radio, la Minute du Coach.

 

Pablo :  Il est formActeur, il est chanteur, il est philosophe. Il a plein de cordes à son arc.
Il est aussi aux commandes de la Minute du Coach, sur Sud Radio.
Voici mon ami, Fabian Delahaut. Bonjour.

Fabian :  Merci pour cette belle introduction, Pablo. Bonjour.
J’ai l’impression d’être Robin Des Bois à tes côtés, un personnage qui me fascinait quand j’étais gamin.

C’est une expression qui a le vent en poupe “le développement personnel”, mais c’est quoi précisément, Fabian ?

On va en parler, justement, parce que parfois je ne suis pas toujours sûr que les gens comprennent exactement à quoi cela renvoie.
Je vais tenter de l’expliquer à ma manière, avec la métaphore sportive et plus spécifiquement le développement musculaire.
Si vous allez en salle de fitness, pour gagner en muscle, pour développer votre masse musculaire, impérativement vous devrez continuer votre effort au-delà de la douleur.
Qu’est ce qui se passe ?
Je vais le dire très schématiquement, les experts vont certainement tomber de leur chaise et vont se dire : “C’est qui ce philosophe-acteur qui raconte des niaiseries ?”
Je vais simplifier à outrance pour être pédagogue.
En gros, on casse le muscle, puis pendant la phase de récupération, alors il gagne en volume.
Mais cela ne fonctionne, je le répète, que si je vais au-delà de la douleur.
Si votre coach vous dit : “Voilà, tu vas soulever tel poids à 10 reprises”,
que vous le soulevez à 10 reprises et qu’après la séance, il ne s’est rien passé, vous n’avez même pas eu mal, je peux vous dire que cette série n’a servi à rien. À peine un échauffement.
Donc, je ne peux pas mettre mes muscles en permanence dans l’effort, sinon je vais avoir des déchirures musculaires. Je vais mettre ma santé en danger. Mais le développement de ma masse musculaire passe invariablement par ce seuil de la douleur que je dois dépasser.
Le développement personnel, c’est quoi ?
La même chose, pardi !
Je ne peux me développer qu’en dehors de ma zone de confort.
Dans ce qu’on appelle la zone d’efforts pour les uns, la zone de magie pour les autres qui veulent la renommer ainsi.

Prise de risque, donc ?

Au théâtre, on dit même : “Est-ce que l’acteur se met en danger ?”.
Et c’est bien ça qui est problématique.
Tout à l’heure, une question en off se posait entre nous : la différence entre les gens qui réussissent et les autres ? On pourra revenir sur cette notion-là.
Et bien sûrement que ceux qui réussissent se mettent en danger, prennent un minimum de risques, que les suiveurs …
Donc les leaders prennent des risques, les suiveurs n’en prennent pas ou quasi pas.
On “légume”, on reste dans un environnement qui nous surprotège, qui nous sécurise. Mais on ne tente rien.

Les autres ont une forme d’audace ?

Oui, certainement. Et même de courage. J’aime la notion de courage.
J’en ai déjà parlé ici. Cette notion dont Aristote nous disait que le courage s’apprend.
Le courage, expliquait Aristote, est le juste milieu entre la couardise et la témérité.
Et Churchill – je l’ai déjà expliqué à ce micro – a dit du courage : “c’est la première de toutes les vertus, celle qui détermine toutes les autres.”
Donc oui, le développement musculaire demande du courage. Après une journée de travail, aller en salle de sport et se faire suer, c’est extrêmement exigeant.
Ça implique beaucoup de discipline et c’est plus difficile que de s’allonger dans son canapé.
Le développement personnel, c’est la même chose.
Ce qui veut dire que je ne peux pas être sans arrêt dans l’effort, je dois m’octroyer des phases de repos pour le développement, mais régulièrement je dois être attentif à ça parce que personne ne le sera ma place.
Par exemple, nous aimons les chevaux tous les deux. Si on met un cheval, un crack qui vaut des millions dans une prairie pendant un mois, après un mois on retrouve un cheval qui a une panse de prairie.
Il n’aura pas pris soin de sa condition physique. Certainement pas.
Mais nous pouvons aller aussi loin. Nous ne sommes pas obligés d’attendre que la motivation vienne d’ailleurs.
Je ne pense pas que quelqu’un puisse motiver quelqu’un d’autre.
On peut offrir un environnement propice, mais la motivation, ça part de l’intérieur.
C’est à vous de décider si vous êtes un leader ou un suiveur, si vous pouvez transpercer votre zone de confort.
À bientôt les amis.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *