Cessez d'espérer

Sud Radio, la Minute du coach

 

Pablo :  Il est là, fidèle au poste, pour partager avec vous des trucs, des astuces et on va au-delà, on essaie d'améliorer le quotidien des auditeurs. Je pense que chacun peut se reconnaître au travers des séquences réécoutables sur sudradio.be.
On a de la matière. Vous pouvez passer des heures entières à écouter Fabian Delahaut et à apprendre à évoluer.

Fabian :  Et à voler avec les aigles. Merci Pablo pour cette belle introduction encore.
Il y a de très nombreuses années, André Comte-Sponville, philosophe français contemporain, a publié un ouvrage très intriguant : “Le mythe d'Icare”, ou encore : “Traité de la béatitude et du désespoir”.
Ce que j'ai trouvé fascinant dans son propos …
C’est un livre ardu, ce n’est forcément un livre que je conseille, il faut quand même être initié à la philosophie, c'est un livre difficile.
Mais en gros, l'idée c'est de "dés-espérer"
Ne pas espérer.
Et c'est vrai que, trop souvent autour de nous ...

Pourtant, excuse-moi de t’interrompre, on dit que l'espoir fait vivre.

C'est une connerie. L'espoir fait attendre, Pablo. L'espoir ne fait pas vivre.
Il fait attendre. Et c'est tout l'intérêt de cette capsule.

C’est une mauvaise expression ?

Comme il y en a plein d'autres, qui sont mauvaises et tendent à faire de nous des moutons qui bêlent et qui jamais ne lève la tête vers les étoiles. Moi je vous propose de lever la tête vers vos étoiles.
Je vous propose de voler jusqu'à vos étoiles, de les toucher et de n’en plus jamais descendre.
Donc je vous propose de dés-espérer.
Cessez d'espérer, ça ne sert à rien espérer !
Ça ne mobilise aucune ressource, ne demande aucun effort. Ça vous fait simplement attendre.
Ça vous fait vous asseoir sur un clou, pour faire référence à une autre Minute du Coach d’il y quelques mois et à attendre que les événements éventuellement changent quelque chose.

On fait quoi ? On agit alors ?

Exactement. Quand vous attendez, l’attente est toujours déçue.
Mais elle vous empêche d'être dans l'action. Donc, à l'instar de Comte-Sponville, je vous dis : “Cessez d'espérer.”
Comme j'ai déjà dit : “Cessez de rêver”.
Le mot “rêve”, comme le mot “espoir”, sont des rêves qui nous dédouanent et nous envoie directement dans le canapé, un peu comme l'Euromillions.
J’attends que, éventuellement, la chance, le hasard changent ma vie. Mais non !
On n'attend pas que le Loto au change quoi que ce soit de sa vie.
De toute façon, un gagnant à l'Euromillions, 3 mois après son gain, il est revenu exactement au même niveau de contentement que 3 mois avant. Il faut quand même savoir ça.
Donc, je vous dis et vous répète une énième fois :
“N'espérez plus, agissez et volez avec les Aigles !”

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *