Le biais d’inertie

 

La Minute du Coach

Pablo :  Bonjour Fabian.

Fabian :  Hello Pablo.

Nous allons aujourd’hui parler du biais d’inertie.
De quoi s’agit-il précisément ? C’est une notion qui évoque quoi ?

Déjà, je peux comprendre que pour la plupart des auditeurs, ces deux mots associés, biais d’inertie, soient complexes et que peut-être ils aient déjà envie de zapper sur une autre chaîne.

Mais surtout pas. Restez avec nous pour devenir encore plus intelligent.

Oui, ou plus lucide en tout cas.

C’est le but de la Minute du Coach.

Oui, plus lucide. René Char disait : “La lucidité est la blessure la plus proche de la lumière.”
Et moi, mon travail ici, avec vous, c’est aussi de vous rendre plus lucide, d’avoir une meilleure compréhension de ce qui vous arrive, de ce que vous observez et parfois de ce que vous n’observez pas.
Le biais d’inertie, en psychologie, c’est très connu.
J’avais déjà abordé, lors d’une Minute précédente, ce phénomène assez étrange qui consiste, pour la plupart des gens, à ne rien faire, à ne pas changer un seul paramètre d’une équation alors même que l’équation est désagréable, quand leur vie mais ne fonctionne pas comme ils le souhaitent.
Pourtant, quand je dis “ils”, nous aussi, bien sûr Pablo, nous sommes tous concernés.
Pourtant, nous ne bougeons pas. A l’époque, je vous avais raconté l’histoire de ce chien qui était assis sur un clou.
Aujourd’hui, je reviens là-dessus parce que le biais d’inertie, très connu je le disais en psychologie, c’est ce qui explique que même si nous ne sommes pas heureux de la situation que nous vivons, pour autant nous ne bougeons pas. Nous sommes inertes.

Il y a des raisons probablement ?

C’est propre à notre nature humaine, aussi.
Quand on est un marketeur ou un vendeur, pour faire bouger un client, on va utiliser deux types de motivation. La motivation dite explicite et la motivation dite implicite.
J’ai un ami, Romain Bouvet, qui est un neuroscientifique, vraiment de premier plan. Un neuro marketeur hors norme.
Il nous explique, par exemple, que si je veux vendre un livre de recettes de cuisine italienne, je vais dire :
“Découvrez des recettes italiennes faciles à faire la maison.”
Bon, peut-être que je vais activer une motivation explicite. Mais en réalité, ce qui intéresse le plus chacun d’entre nous, c’est évidemment le regard que porte l’autre sur nous.
Et comme je l’ai déjà aussi expliqué, la question qui précède tout achat est :
“Est-ce que cela me rend socialement plus intelligent ?”
Donc, comment utiliser, dans ce cas, une motivation implicite ?
En disant, par exemple :
“Avec les recettes de ce livre, vous allez surprendre vos amis .”

C’est donc la nuance par rapport à la première proposition ?

C’est plus qu’une nuance.
Dans la première proposition, c’est explicite. J’explique qu’ils vont recevoir de recettes faciles à concocter à la maison.
Dans la deuxième proposition, je leur dis qu’ils vont épater leurs amis et donc être plus intelligents socialement.
Là où je veux en venir, parce que bien sûr, il n’y a pas que des vendeurs et des marketeurs qui nous écoutent, c’est que pour éviter ce biais d’inertie, éviter de tomber dans ce biais d’inertie et pouvoir vous bouger, pouvoir aller vers vos objectifs ou vers vos rêves que vous transformez en projets, il n’y a rien à faire : sans une immense motivation, vous ne bougerez pas !
Il y aura toujours un prix à payer. La question est : “Est-ce que vous êtes prêts à payer ce prix ?”
Est-ce que vous êtes prêts à payer le prix de l’effort dans une salle de sport pour avoir un beau corps ou est-ce que vous vous laissez aller à des petits plaisirs immédiats ?
Comme au restaurant,quand on craque pour un dessert, c’est un petit plaisir immédiat.

Je me sens visé, là.

Oui, tu peux. Moi aussi, je me vise moi-même.
Donc, quand on se laisse aller aux plaisirs immédiats, il va y avoir un déclenchement de dopamine, c’est à dire l’hormone du plaisir.
Bon à savoir : l’hormone du plaisir, la dopamine, va contrecarrer les effets de l’hormone du bonheur qu’est la sérotonine. Ce sont deux neurotransmetteurs.
Donc plus je vais aller vers de petits plaisirs immédiats et plus je vais m’éloigner de plus grands plaisirs à long terme.
Il me semble que c’est bon à savoir.
Tâchez d’identifier des motivations vraiment fortes pour ne pas tomber dans le travers de “je ne fais rien, je me laisse aller” et bougez vous !
Avec détermination et avec discipline.

Merci Fabian.

Avec plaisir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *