Dépasser sa fonction

 

Sud Radio, la Minute du Coach.

 

Pablo :  Merci pour cette grande fidélité à la Minute du Coach.
Bonjour Fabian.
Fabian Delahaut avec qui nous volons depuis, j’ai envie de dire, toujours, avec les aigles, grâce à ses précieux conseils.
Dépasser sa fonction.

Fabian :  Oui Pablo.
Dépasser sa fonction, c’est une expression que j’ai entendue
pour la première fois – j’ai envie de dire la seule – lors d’une émission de télévision sur la RTBF qui était consacrée à un match de l’équipe de France.
C’était en Afrique du Sud, une sérieuse débâcle pour les Bleus à ce moment-là.
Sur le plateau était invité Roger Lemerre, qui, en l’an 2000 avait amené l’équipe de France – la grande équipe de France de Zidane, Thierry Henry, tous ces magnifiques joueurs que j’avais d’ailleurs eu la chance de voir en demi-finale – il les avait emmenés à la victoire lors du Championnat d’Europe.
Quelques années plus tard, il est sur le plateau de la RTBF et il dit ceci :
“Pour ne pas perdre un match, chaque joueur doit remplir sa fonction. Pour gagner un match, chaque joueur doit dépasser sa fonction.”
Je vous propose de dépasser le football et de vous demander :
Est-ce que moi, dans ma vie, dans les différentes facettes de mon existence, je remplis ma fonction ?
Est-ce que seulement je la remplis ?
Est-ce qu’il m’arrive de la dépasser ? ”

En d’autres termes, se surpasser ?

Oui, aller “the extra mile” comme on dit.
Aller toujours un tout petit peu plus loin.
Est-ce que finalement nous nous laissons aller à nos bas instincts ?
Par exemple, nous avons cette passion commune pour les chevaux et comme tu le sais très bien, si tu mets le cheval le plus cher de la terre dans une prairie pendant un mois ou deux, tu le récupères avec une panse de cheval de prairie.
Ce n’est pas lui qui va faire son trotting tous les matins pour entretenir sa forme. Cela n’existe pas.
Un cheval, tu le mets dans un paddock avec des obstacles, le meilleur sauteur du monde ne va jamais sauter un seul obstacle pour le plaisir. Il ne sautera des obstacles que pour aller rejoindre un congénère, par exemple, ou pour s’enfuir.
Sinon, il ne dépassera pas sa fonction.
C’est l’homme qui l’amènera à dépasser sa fonction.
Et nous devons, nous, si nous voulons nous dépasser, nous devons nous aiguiller les fesses tout seul.
Parce qu’il y a rarement quelqu’un d’autre, quand on a quitté ses parents, pour le faire à notre place.
Je trouve cette notion très intéressante.
Parce qu’on peut se la poser dans le cadre d’un métier.
Par exemple, récemment, je prenais des Uber, j’étais à l’étranger. Je prends toujours des Uber à l’étranger.
Certains Uber dépassent leur fonctions, par leur gentillesse, leur courtoisie. On t’ouvre la porte, on ferme la porte, …
Et certains se contentent à peine de la remplir. On t’emmène d’un point à un autre.

Parce que “Less is More” ?

On ne peut pas non plus se retrancher derrière “Less is more” en permanence pour justifier d’être flasque.

Je te bouscule, c’est aussi un peu mon rôle.

Bien sûr, comme j’espère te bousculer à mon tour.

Donc, vous allez au sport ou vous apprenez un instrument de musique, est-ce que vous vous contentez de faire ce qu’on vous dit ou est-ce que vous dépassez votre fonction ?
Quand vous êtes avec un ami, est-ce que vous l’écoutez vraiment ? Est-ce que vous êtes présent à l’instant ou bien est-ce que vous l’interrompez sans arrêt ? Est-ce que vous dépassez votre fonction d’ami ?
Est-ce que vous dépassez votre fonction de parent ?
Pas toujours, sinon c’est épuisant et bonjour le burn out.
Mais il me semble que, régulièrement, dépasser sa fonction d’homme – pour ne pas aller vers la notion de surhumain de Nietzsche, que j’aimerais aborder mais qui est probablement un peu trop complexe – il me semble que c’est un chemin intéressant et c’est ce qui nous rend digne.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *