De qui faut-il écouter les conseils ?

 

Sud Radio, la Minute du Coach.

 

Pablo :  De qui faut-il écouter les conseils ?
En tout cas, chers auditeurs et auditrices, vous frappez à la bonne porte puisque Fabian Delahaut est là. Bonjour Fabian.

Fabian :  Bonjour Pablo. Bonjour à tous.
J’espère d’ailleurs être une bonne personne pour offrir ses conseils.

Tu es toujours de très bon conseil.
D’ailleurs j’en profite pour rappeler à nos chers auditeurs et à nos chères auditrices que les précédentes Minutes du Coach sont toujours à votre disposition, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, il suffit de nous rendre visite sur sudradio.be et de cliquer sur l’onglet adéquat, l’onglet consacré à la Minute du Coach et à la Eagle Academy.

Si je peux en profiter, à mon tour…
Si, chers auditeurs, vous avez des envies, des questions, des besoins, des demandes, surtout partagez-les. Soit via le site de Sud Radio, soit sur notre page Facebook.
S’il ya des thèmes que vous souhaitez que nous développions dans la Minute, ce sera avec un immense plaisir.

Et tant qu’à faire, on peut aussi te rendre visite sur ton site internet qui est eagleacademy.be
Donc, de qui faut-il écouter les conseils ?

Et bien cela se passe il y a quelques années.
Je me rends à Chicago, à un séminaire de 3 jours avec un certain Eben Pagan qui, comme beaucoup de marketeurs aujourd’hui, a commencé sa carrière dans le coaching en séduction.
Parce que séduire une femme, séduire un homme, c’est assez proche de séduire un client. Il y a donc pas mal de coachs en séduction qui sont devenus des marketeurs.
Quelque temps plus tard j’ai le privilège, dirais-je – on est 400 à goûter à ce privilège – d’avoir un entretien Skype avec Eben Pagan.
10 minutes. L’homme, c’est un pro, donc quand il doit 10 minutes, c’est 10 minutes tapantes. Il dit l’heure à laquelle il sera présent lors du Skype et c’est exactement cette heure-là, à cette seconde-là.
A la fin de l’entretien, il me dit : “Bon, il te reste une question à me poser, qu’est-ce que tu veux me demander ?”
Je dis : “Eben, ma difficulté, quand je vais chercher des recettes, des techniques, des stratégies américaines pour le marketing et que je les importe en Belgique, souvent les gens me répondent : “Oui, mais ça c’est des trucs à l’américaine, c’est pas fait pour chez nous, ça ne marchera pas chez nous”.
Je lui dis : “Je suis un peu démuni par rapport à ça, qu’est-ce que tu en penses ?”
Et là il me dit platement :
“Écoute les gens qui ont de l’argent, pas des opinions.”
C’est une phrase qui m’a vrillé la cervelle.
Pour aller un peu au-delà de tout ça, c’est vrai que souvent nous écoutons des conseils de la part de personnes dont les intentions sont certainement très bonnes mais dont l’expertise ne l’est pas forcément.
Je prends un exemple que je connais mieux que d’autres, le monde de l’entreprise.
Si vous demandez à quelqu’un qui était patron d’entreprise il y a 20 ans de vous conseiller par rapport à la problématique d’aujourd’hui, il y a très peu de chances pour que ses conseils soient appropriés.
Parce que la situation d’aujourd’hui, par rapport à celle d’hier, n’a plus rien à voir.
Par contre, demander conseil à quelqu’un qui vient de vivre ce que vous êtes en train de traverser, ça c’est intéressant.
C’est un exemple parmi plein d’autres.
Donc cherchez les personnes dont les avis seront subtils, fins, pertinents, étayés.
Et pas des personnes dont les intentions sont bonnes mais qui, le plus souvent, voudront vous voir au milieu du pré plutôt qu’en train d’affronter les marécages.
Je vous souhaite de ne pas affronter les marécages, mais de voler par-dessus, avec les aigles.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *